Accueil du site > Actualités

Soutenance de thèse Valentin Thouzeau

publié le

Valentin Thouzeau, doctorant de l’UMR7206, soutiendra le mardi 28 novembre, sa thèse intitulée :

Inférer l’Histoire des Populations Humaines à partir des Diversités Génétiques et Linguistiques.

Composition du jury :

  • Mme Porcher, Emmanuelle Professeure, MNHN Présidente
  • M. Austerlitz, Frédéric Directeur de Recherche, CNRS Directeur de Thèse
  • M. Verdu, Paul Chargé de Recherche, CNRS Directeur de Thèse
  • M. Estoup, Arnaud Directeur de Recherche, INRA Rapporteur
  • Mme Kandler, Anne Senior Scientist, Max Planck Institute Rapportrice
  • Mme Barberousse, Anouk Professeure, Université Lille 1 Examinatrice
  • Mme Barkat-Defradas Mélissa Chargée de Recherche, CNRS Examinatrice

Résumé :
Les inférences historiques sont des méthodes statistiques permettant de reconstruire les événements passés à partir de données actuelles.
Les inférences en parallèle des histoires génétiques et linguistiques ont récemment profité d’avancées méthodologiques permettant de mieux comprendre la co-évolution entre gènes et langues.
Néanmoins, les événements historiques complexes affectant la diversité linguistique sont encore très peu étudiés.
Cette thèse a été centrée sur l’articulation entre inférences génétiques et linguistiques, à partir d’une pratique interdisciplinaire et de l’application de méthodes statistiques de calcul Bayésien approché.

Ce cadre a permis de prendre en compte des événements complexes de migration, d’hybridation, ou de changement de taille des populations, aussi bien pour l’histoire génétique que pour l’histoire linguistique. Des données génétiques et linguistiques issues de plusieurs populations d’Asie Centrale ont ainsi été analysées, montrant que l’histoire des populations génétiques peut parfois différer de l’histoire des variétés linguistiques parlées par ces populations.
Un cadre permettant de prendre en compte la diversité linguistique interindividuelle a ensuite été développé et appliqué à un ensemble de locuteurs tadjiks d’Asie Centrale.

Une interface entre génétique et linguistique centrée sur les individus a ensuite été formalisée à partir d’un travail théorique, dont les possibilités méthodologiques ont été confirmées a priori par le calcul Bayésien approché, ouvrant un nouveau champ d’investigation dans l’étude de la co-évolution entre génétique et linguistique.
Enfin, un protocole d’échantillonnage linguistique appliqué à un ensemble de locuteurs des Îles du Cap Vert a été construit afin de permettre une intégration entre le travail théorique et le travail de terrain.

L’ensemble de ce travail formalise une linguistique des populations couplée à la génétique des populations humaines, et fournit les outils méthodologiques permettant de reconstruire l’histoire de la co-évolution entre génétique et linguistique.

Post-scriptum :

Date : mardi 28 novembre
Lieu  : Musée de l’Homme, salle Ernest Hamy